Bénabar Dis-lui oui Index du Forum

Bénabar Dis-lui oui
Forum des bénabarges.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La succession Trenet : la saga se poursuit .

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bénabar Dis-lui oui Index du Forum -> chansons , musiques françaises et internationales . -> L'espace Charles Trenet -> Charles Trenet : Les passages médias
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mar 29 Jan - 11:27 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

LE 28 01 2013 :

 


Succession de Charles Trenet: trois rendez-vous judiciaires cette semaine .
L'âpre bataille judiciaire entre l'unique héritier et ami intime de Charles Trenet, les dirigeants sous mandat d'arrêt d'une société danoise, et la famille du chanteur, se déroulera sur trois fronts cette semaine, à Grasse, Paris et Créteil.
Georges El Assidi, 52 ans, fut pendant vingt ans le secrétaire particulier de l'artiste (mort à 87 ans en 2001). Le chanteur le désigna comme légataire universel dans un testament rédigé en 1999.
Celui-ci sera contesté sept ans après la mort du "fou chantant" par sa demi-soeur Lucienne (80 ans) et son neveu Wulfran (42 ans).
Entre-temps, le très endetté Georges avait décidé en 2006 de céder une somptueuse villa d'Antibes (pour 4 millions d'euros) et surtout les droits d'auteur de Charles Trenet (pour 1,5 million d'euros) à "Nest", une société danoise, dirigée par le Français Maurice Khardine et l'avocat danois Johan Schlüter.
L'héritier, qui dit vivre du RSA, affirme n'avoir jamais perçu un centime et être victime d'escrocs sans scrupules.


n juge d'instruction parisien a lancé en juin des mandats d'arrêt internationaux contre les deux dirigeants de Nest qui n'avaient pas répondu à ses convocations.
Quant aux fameux droits d'auteur de Trenet -jusqu'à 500.000 euros par an, percevables durant 70 ans- ils ont été mis sous séquestre par la justice française depuis 2007, en attendant un arbitrage au Danemark prévu en mai.
Tous les protagonistes de cet imbroglio clament avec véhémence leur bon droit et sont parties prenantes cette semaine dans trois rendez-vous judiciaires. L'auteur de "La Mer" et "Douce France", dont on fêtera en mai le centenaire de sa naissance, a quelques motifs de se retourner dans sa tombe.
Mardi, le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes) rendra un jugement sur une plainte pour vol de l'héritier de Trenet, venu réclamer une centaine d'objets de l'artiste.



Il aimerait récupérer un billard laqué blanc, un piano droit, des tableaux peints par Charles Trenet, une tapisserie d'Aubusson ou encore des diplômes et divers bibelots se trouvant dans la villa d'Antibes dessinée par l'artiste.
Jack Guez/AFP Arrivée à l'église de la Madeleine à Paris, le 23 février 2001 du secrétaire de Charles Trenet, Georges El Assidi


Une société française contrôlée par le danois Nest occupe les lieux sans payer de loyer, depuis la promesse de vente non
concrétisée de la villa. La maison est désormais propriété de la banque de M. El Assidi.
Ce premier rendez-vous de la semaine se présente mal pour l'héritier: lors du procès fin novembre, le ministère public n'avait pas fait de réquisitions, estimant qu'il s'agissait d'"un problème de succession de célébrité" ne relevant pas du pénal.
Mercredi, la Cour d'appel de Paris examinera une nouvelle demande d'annulation du testament déposée par l'avocat de Lucienne Trenet.
Lucienne et Wulfran Trenet avaient déposé en 2008 et 2009 des plaintes pénales contre l'unique héritier pour abus de faiblesse, mais aucune n'avait abouti. En 2011, ils l'ont assigné au civil pour demander la nullité du testament, sans succès.
Ils ont affirmé, sans preuve a estimé jusqu'ici la justice, que le testament aurait été dicté sous la contrainte et ils ont parlé de violences volontaires.
Vendredi, Georges El Assidi entend être lavé de telles allégations devant le tribunal correctionnel de Créteil. Il attaquera pour dénonciation calomnieuse et association de malfaiteurs Maurice Kardhine, Lucienne et Wulfran Trenet. Même si une première plainte similaire avait été classée en 2010, selon son nouvel avocat Francis Pudlowski.
"Je ne peux pas laisser faire, je veux que ces gens s'expliquent. Ils m'ont sali, ils m'ont traité d'assassin, j'ai tout perdu à cause d'eux", fulmine Georges El Assidi.
"J'attends une réparation morale et financière à hauteur de 75.000 euros. Qu'il soit clair qu'il a été victime de voyous", précise Me Pudlowski. Selon lui, Trenet n'était pas proche de Lucienne dont le mari était homophobe.
"C'est plus de la gesticulation qu'autre chose. Ces demandes sont aussi infondées en droit qu'en fait", a assené pour sa part un avocat de Maurice Khardine, Me Gérard Baudoux. "M. El Assidi est quelqu'un d'extrêmement procédurier".
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 29 Jan - 11:27 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mer 30 Jan - 01:58 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

L'héritier de Charles Trenet débouté par le tribunal de Grasse
Par LEXPRESS.fr, publié le 29/01/2013 à 17:31, mis à jour à 17:34
Georges El Assidi ne pourra pas récupérer la centaine d'objets ayant appartenu au chanteur, pour lesquels il avait déposé plainte pour vol en novembre dernier. 




L'unique héritier de Charles Trenet a été débouté ce mardi par le tribunal correctionnel de Grasse d'une plainte pour vol, destinée à récupérer une centaine d'objets ayant appartenu au chanteur dans son ex-villa d'Antibes. La société Charles Trenet, visée par la plainte et qui est locataire de la villa, a été relaxée. 
Georges El Assidi -secrétaire particulier du chanteur pendant 20 ans- réclamait à travers cette procédure la restitution d'un billard laqué-blanc, d'un piano droit du chanteur, de tableaux peints par Charles Trenet, d'une tapisserie d'Aubusson, de diplômes, de multiples bibelots comme un disque de platine enchâssé dans un plexiglas ou un diapason... Son avocat, Me Francis Pudlowski, affirme que d'autres biens ont disparu comme des costumes de scène. Il réclamait 210 000 euros de préjudices matériels et moraux à la société Charles Trenet. 
Une liste trop peu précise
Le tribunal de Grasse a estimé que la liste d'objets présentée par le plaignant n'était pas assez précise. La volonté de la société de soustraire ces biens à l'héritier n'a pas non plus été bien établie, conclut la décision. 
Georges El Assidi n'a pas fait le déplacement à Grasse mardi pour entendre le délibéré. Une semaine judiciaire active l'attend encore. La Cour d'appel de Paris examinera mercredi une nouvelle demande d'annulation du testament à l'instigation de Lucienne, la demi-soeur de 80 ans de Charles Trenet. Vendredi, Georges El Assidi attaquera devant le tribunal correctionnel de Créteil pour dénonciation calomnieuse Lucienne, Wulfran Trenet (le neveu de 42 ans de Trenet), ainsi que Maurice Khardine, le dirigeant de Nest. 
Une entreprise danoise au coeur du conflit
Georges El Assidi avait hérité à la mort du chanteur en 2001 de ses deux villas à Aix-en-Provence et à Antibes, de nombreux objets, ainsi que des lucratifs droits d'auteur (évalués par son avocat à 500 000 euros par an, pendant 70 ans). Une fortune engloutie pas les énormes dettes de Georges, notamment envers l'Etat, et la signature de contrats hasardeux. 
En 2006, il décide ainsi de céder la somptueuse villa d'Antibes dessinée par Trenet (pour 4 millions d'euros) et surtout les droits d'auteur de Charles Trenet (pour 1,5 million d'euros) à Nest, une société basée au Danemark, dirigée par un avocat danois et le Français Maurice Khardine interdit d'activités commerciales en France. L'héritier de 52 ans, qui dit vivre aujourd'hui du RSA et de la générosité de ses amis dans une petite maison prêtée dans le Val-de-Marne, affirme n'avoir jamais perçu un centime. Les dirigeants de Nest se défendent en disant que l'héritier a signé des contrats et dispose de 70% des parts de la société danoise. 
Un "héritage infernal"
Georges El Assidi accuse cette même société Nest de l'empêcher de récupérer la centaine d'objets du "fou chantant" entreposés dans le "Bateau", la villa d'Antibes. La société Charles Trenet, créée de fait par les dirigeants de Nest mais placée récemment sous administration judiciaire, est désormais menacée d'expulsion de la villa pour n'avoir pas rempli ses engagements et ne pas payer le loyer. 
La villa détériorée a été saisie par la banque de Georges El Assidi pour rembourser ses prêts colossaux. Elle est même devenue la propriété de la banque pour 1,5 million d'euros suite à une mise aux enchères sans acquéreur en 2011. 
Ironie de l'histoire, une chanson humoristique composée par Charles Trenet et intitulée L'héritage infernal a refait surface ces dernières années, au gré des rebondissements judiciaires de la succession. Elle raconte l'histoire d'un héritage aux multiples prétendants qui finit par partir en fumée après une bagarre générale. 
Avec

_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Ven 1 Fév - 10:11 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

Décision sur l'annulation du testament de Charles Trenet le 6 mars

Photo
ci-dessus
Georges El Assidi, secrétaire particulier pendant vingt ans de Charles Trenet et son légataire universel, le 2 août 2012 à Nogent-sur-Marne, près de Paris [Pierre Verdy / AFP/Archives]


La cour d'appel de Paris a examiné mercredi la demande d'annulation du testament de Charles Trenet formulée par sa demi-soeur Lucienne, qui fait de son ancien secrétaire particulier Georges El Assidi son légataire universel, et rendra sa décision le 6 mars.
L'avocat de Lucienne Trenet, Me Oleg Kovalski, a accusé M. El Assidi de "chantage", et d'avoir fait pression sur le chanteur, mort en 2001 à l'âge de 87 ans, pour se faire désigner légataire universel dans son testament, rédigé en décembre 1999.
L'avocat de Georges El Assidi, Me Francis Pudlowski, a produit un document jusqu'alors inconnu de la justice, qui expliquerait, selon lui, pourquoi Lucienne Trenet conteste le testament.
Il s'agit d'un contrat passé en janvier 2008 dans lequel elle s'engage à céder à une société danoise, Isys, l'ensemble des droits leur revenant si la justice les désigne comme héritiers de Charles Trenet.
Au nom de cette société, ce contrat a été signé selon Me Pudlowski par Maurice Khardine, avec qui Georges El Assidi, qui l'accuse d'escroquerie, est en conflit depuis qu'il lui a cédé ses droits en 2006.
Dans cette affaire, sur laquelle enquête un juge d'instruction parisien, Maurice Khardine fait depuis juin dernier l'objet d'un mandat d'arrêt international.
Ce contrat, dont l'authenticité n'est pas contestée par la demi-soeur du chanteur, vient apporter la "preuve de la collusion frauduleuse entre Lucienne Trenet et Maurice Khardine", a plaidé Me Pudlowski.
"Si vous lui donnez raison, tout va chez Khardine", a-t-il poursuivi, estimant que Lucienne Trenet veut "minimiser" le rôle de M. El Assidi auprès de Charles Trenet pour faire annuler le testament, alors que c'est "le seul qui était à ses côtés".
En première instance en septembre 2001, le tribunal de grande instance de Créteil avait rejeté la demande d'annulation du testament, estimant que la preuve de manoeuvres frauduleuses n'était pas démontrée.

Auteur AFP
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Dim 10 Fév - 03:49 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

Décision sur l'annulation du testament de Charles Trenet le 6 mars 2013
La cour d'appel de Paris a examiné mercredi la demande d'annulation du testament de Charles Trenet formulée par sa demi-soeur Lucienne, qui fait de son ancien secrétaire particulier Georges El Assidi son légataire universel, et rendra sa décision le 6 mars.
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
palmita


Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2009
Messages: 99

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 15:32 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

Et donc, j'en viens à me faire cette réflexion:" Il n'y a donc que des danois qui soient intéressés par "l'héritage" de Trenet"  Shocked


" le très endetté Georges avait décidé en 2006 de céder une somptueuse villa d'Antibes (pour 4 millions d'euros) et surtout les droits d'auteur de Charles Trenet (pour 1,5 million d'euros) à "Nest", une société danoise, dirigée par le Français Maurice Khardine et l'avocat danois Johan Schlüter."

"L'avocat de Georges El Assidi, Me Francis Pudlowski, a produit un document jusqu'alors inconnu de la justice, qui expliquerait, selon lui, pourquoi Lucienne Trenet conteste le testament.
Il s'agit d'un contrat passé en janvier 2008 dans lequel elle s'engage à céder à une société danoise, Isys, l'ensemble des droits leur revenant si la justice les désigne comme héritiers de Charles Trenet."
_________________

THOMAS FERSEN-SITE RELAIS
Thomas Fersen Forumactif


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 17:54 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

palmita a écrit:

Et donc, j'en viens à me faire cette réflexion:" Il n'y a donc que des danois qui soient intéressés par "l'héritage" de Trenet"  Shocked

Je pense que c'est plus compliqué que cela , à la justice de trancher .


_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mer 6 Mar - 00:29 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

Demande d'annulation du testament de Trenet : décision jeudi en appel
AFP
05/03/2013, 13 h 39 | Mis à jour le 05/03/2013, 13 h 50


Réagir



La maison de Charles Trenet à Narbonne. L'héritage du "fou chantant" est estimé à plusieurs millions d'euros. (AFP)
La cour d'appel de Paris rendra mercredi après-midi sa décision sur la demande, formulée par la demi-soeur de Charles Trenet, d'annulation du testament ayant fait de l'ancien secrétaire particulier de l'artiste, Georges El Assidi, son légataire universel

A l'audience du 30 janvier, l'avocat de Lucienne Trenet, Me Oleg Kovalski, avait accusé Georges El Assidi d'avoir fait pression sur l'auteur de "Douce France", décédé en 2001 à l'âge de 87 ans, afin d'être désigné seul et unique héritier dans son testament rédigé en 1999.
Le conseil de Georges El Assidi, Me Francis Pudlowski, avait pour sa part produit un document jusqu'alors inconnu de la justice. Il s'agit d'un contrat passé en janvier 2008, dans lequel la famille s'engage à céder à une société danoise, Isys, les droits sur l'héritage si elle obtient gain de cause en justice.
Or, ce contrat a, selon Me Pudlowski, été signé au nom de cette société par Maurice Khardine, que Georges El Assidi accuse de l'avoir escroqué lorsqu'il a voulu lui confier la gestion de son patrimoine en 2006.
Dans cette affaire sur laquelle enquête un juge d'instruction parisien, Maurice Khardine fait depuis l'été 2012 l'objet d'un mandat d'arrêt international. Ce contrat, dont l'authenticité n'est pas contestée par la demi-soeur du chanteur, vient apporter la "preuve de la collusion frauduleuse entre Lucienne Trenet et Maurice Khardine", selon Me Pudlowski.
Bataille pour un patrimoine estimé à plusieurs millions d'euros 
Depuis plusieurs années, Lucienne Trenet et Wulfran Trenet, neveu du "Fou chantant", accusent George El Assidi d'avoir profité de l'état de faiblesse de leur parent pour mettre la main sur un patrimoine estimé à plusieurs millions d'euros (droits d'auteur, propriétés immobilières ...). 
Ils ont saisi la justice civile après deux plaintes pénales infructueuses, notamment pour "euthanasie" et "extorsion". En première instance, en septembre 2011, le tribunal de grande instance de Créteil les avait déboutés, estimant que la preuve de manoeuvres frauduleuses n'était pas démontrée.
L'héritier quinquagénaire dit pour sa part vivre aujourd'hui du RSA, après avoir été escroqué.
En première instance, en septembre 2011, le tribunal de grande instance de Créteil avait rejeté cette demande à l'audience du 30 janvier. 
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Jeu 7 Mar - 02:18 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant


La cour d'appel de Paris a rejeté mercredi la demande d'annulation du testament de Charles Trénet, faisant de son ancien secrétaire particulier, Georges El Assidi, son légataire universel.

La cour d'appel de Paris a rejeté mercredi la demande d'annulation du testament de Charles Trénet, faisant de son ancien secrétaire particulier, Georges El Assidi, son légataire universel.
Déboutée par la cour, la demi-soeur de l'auteur de "Douce France", Lucienne Trénet, a été condamnée à payer à Georges El Assidi 10.000 euros de dommages et intérêts, ainsi que 8.000 euros au titre de ses frais de justice.
Depuis plusieurs années, la famille de Charles Trénet accuse Georges El Assidi d'avoir profité de l'état de faiblesse de l'artiste pour mettre la main sur un patrimoine estimé à plusieurs millions d'euros (droits d'auteur, propriétés immobilières ...). Elle a saisi la justice civile après deux plaintes pénales infructueuses, notamment pour "euthanasie" et "extorsion".
Lucienne Trénet affirme que Georges El Assidi a usé de "pressions psychologiques" doublées de "chantage" et a isolé le célèbre chanteur de son entourage.
Dans sa décision consultée par l'AFP, la cour d'appel rappelle qu'après avoir hérité de Charles Trénet, Georges El Assidi a, "à l'instigation de Maurice Khardine", cédé les droits et biens dont il a hérité à une société danoise, sans la moindre contrepartie.
Dans cette affaire d'escroquerie sur laquelle enquête un juge d'instruction parisien, Maurice Khardine, un Français dirigeant de cette société danoise, Nest, fait depuis l'été 2012 l'objet d'un mandat d'arrêt international.
La cour souligne également que Lucienne Trénet et Wulfran Trénet, neveu du chanteur, ont admis devant la police en 2009 et 2010 avoir demandé en justice l'annulation du testament de leur parent sous la pression de M. Khardine, qui les aurait "manipulés". En conséquence, la cour a estimé que les éléments présentés par Lucienne Trénet pour étayer ses dires "se voient ôter toute crédibilité".
La justice a également rejeté la demande d'un million d'euros de dommages et intérêts formulée par Mme Trénet au motif que Georges El Assidi n'aurait pas pris soin de Charles Trénet entre la rédaction de son testament, en 1999, et son décès en 2001, à l'âge de 87 ans. La cour a estimé que cette affirmation n'était "aucunement démontrée".
Interrogé par l'AFP, Me Oleg Kovalsky, avocat de Lucienne Trénet, s'est dit "désagréablement surpris" que les juges d'appel aient "retenu la même analyse que les premiers juges", en septembre 2011, "sans vraiment regarder le dossier dans son intégralité". Il a indiqué qu'il allait étudier la possibilité d'un pourvoi en cassation.
Le quinquagénaire Georges El Assidi dit pour sa part vivre aujourd'hui du RSA. En 2007, la justice a ordonné la mise sous séquestre des droits d'auteur de Charles Trénet, jusqu'à ce qu'une décision définitive soit rendue sur la propriété de ces droits.
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Jeu 7 Mar - 19:14 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant


Georges El Assidi, déposant une gerbe sur la tombe de Charles Trénet le 19 février dernier. Photo MAXPPP




La cour d’appel de Paris a rejeté hier la demande d’annulation du testament de Charles Trénet, dans lequel le « fou chantant » a fait de son ancien secrétaire particulier, Georges El Assidi, 52 ans, son légataire universel.
Depuis cinq ans, Lucienne Trénet, demi-sœur de l’auteur de « Douce France », et son neveu, Wulfran, accusent El Assidi d’avoir profité de l’état de faiblesse de l’artiste pour mettre la main sur un patrimoine estimé à plusieurs millions d’euros (droits d’auteur, propriétés immobilières…). Après deux plaintes pénales infructueuses, notamment pour « euthanasie » et « extorsion », Lucienne Trénet avait saisi la justice civile.
Peut-être en Cassation
Mais hier pas plus qu’en septembre 2011, les juges n’ont suivi ses arguments. La demi-sœur est même condamnée à payer à Georges El Assidi 10 000 euros de dommages et intérêts, ainsi que 8 000 euros au titre de ses frais de justice.
Sa demande d’un million d’euros de dommages et intérêts au motif que El Assidi n’aurait pas pris soin de Charles Trénet entre la rédaction de son testament, en 1999, et son décès en 2001, à l’âge de 87 ans, a été rejetée également.
Aujourd’hui, ce dernier dit vivre du RSA. Il n’a pas touché l’héritage en raison de ce procès et d’un conflit avec le gérant d’une société qui affirme avoir acquis les droits du compositeur de La Mer , deuxième chanson française la plus reprise au monde après Comme d’habitude de Claude François. Pour l’avocat de l’ex-secrétaire, cette décision « réaffirme que M. El Assidi est bien le seul et unique héritier » de Charles Trénet. Le conseil de la demi-sœur, lui, s’est dit « désagréablement surpris » et a indiqué qu’il allait étudier la possibilité d’un pourvoi en cassation. Georges El Assidi, attend toujours qu’une décision définitive soit rendue sur la propriété des droits d’auteur de Charles Trénet. En 2007, la justice a ordonné leur mise sous séquestre, jusqu’à ce qu’une décision définitive soit rendue sur la propriété de ces droits.


_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 02:36 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant


Dans un testament signé en 1999, deux ans avant sa mort, Charles Trenet désignait Georges El Assidi, son secrétaire particulier et ami pendant vingt ans, comme son unique héritier. Depuis le décès du Fou chantant, Georges affronte la famille du chanteur qui conteste ce testament et l'accuse des pires maux : Lucienne (demi-soeur du chanteur) et Wulfran Trenet (son neveu) avaient affirmé, sans preuve selon la justice, que le testament avec été dicté sous la contrainte. Malgré une défaite devant le tribunal de grande instance de Créteil en septembre 2011, Lucienne Trenet est revenue seule à la charge en faisant appel. Sans succès.
Mercredi 6 mars, la cour d'appel de Paris a rejeté leur demande d'annulation du testament de Charles Trenet qui fait de Georges El Assidi son légataire universel. El Assidi voit une nouvelle fois sa légitimité d'héritier confirmée par la justice. Et la cour d'appel va plus loin et condamne Lucienne Trenet à payer à Georges El Assidi 10 000 euros de dommages et intérêts, ainsi que 8 000 euros au titre des frais de justice. Le tribunal a estimé que Lucienne Trenet "n'a manifestement poursuivi la procédure en appel que dans l'intention de prolonger abusivement le procès et dans le dessein de nuire à M. Georges El Assidi". Lucienne Trenet doit également verser 2000 euros à l'Administration des droits des artistes et musiciens interprètes (Adami).
Pour l'avocat de l'héritier, c'est une vraie victoire : "La cour d'appel a ainsi mis fin à cinq ans de mensonges de la demi-soeur de Charles Trenet", s'est félicité Me Francis Pudlowski à l'AFP. Devant l'acharnement de Lucienne Trenet, Georges El Assidi a contre-attaqué le 1er février au tribunal de Créteil pour dénonciation calomnieuse. "Je ne peux pas laisser faire, je veux que ces gens s'expliquent. Ils m'ont sali, ils m'ont traité d'assassin, j'ai tout perdu à cause d'eux", déclarait-il en janvier dernier. Son avocat réclame une réparation morale et financière de 75 000 euros.
La partie immergée de l'iceberg
Cette victoire, aussi importante soit-elle, ne marque pourtant pas la fin des ennuis judiciaires de Georges El Assidi. En plus d'affronter les accusations de Lucienne Trenet, El Assidi a fait confiance aux mauvaises personnes : en 2006, il confiait à la société danoise Nest la gestion de l'héritage de Charles Trenet qui comprend la villa d'Antibes (quasiment à l'abandon) et les droits d'auteur. Georges El Assidi accuse les dirigeants de Nest de l'avoir dépossédé de ses biens. L'AFP rappelle qu'en juin 2012, un juge d'instruction lançait des mandats d'arrêt internationaux contre les dirigeants de Nest. Quant aux droits d'auteur ? jusqu'à 500 000 euros par an ?, ils ont été mis sous séquestre par la justice en attendant un arbitrage de la justice danoise.
Georges El Assidi affirme aujourd'hui vivre du RSA.
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Lun 8 Avr - 19:53 (2013)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit . Répondre en citant

L’héritier de Trenet tient sa revanche Un juge a renvoyé en correctionnelle deux hommes soupçonnés d’avoir escroqué le légataire du chanteur. Geoffroy Tomasovitch | Publié le 8 avril 2013, 07h00


réagir

_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:10 (2016)    Sujet du message: La succession Trenet : la saga se poursuit .

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bénabar Dis-lui oui Index du Forum -> chansons , musiques françaises et internationales . -> L'espace Charles Trenet -> Charles Trenet : Les passages médias Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com