Bénabar Dis-lui oui Forum Index

Bénabar Dis-lui oui
Forum des bénabarges.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Articles de presse - Tournée 2009
Goto page: 1, 2, 314, 15, 16  >
 
Post new topic   Reply to topic    Bénabar Dis-lui oui Forum Index -> Archives -> Archives : passages médias Bénabar
Previous topic :: Next topic  
Author Message
annie


Offline

Joined: 16 Apr 2008
Posts: 1,850
Localisation: Bretagne

PostPosted: Fri 20 Feb - 11:39 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

LE QUOTIDIEN (LUXEMBOURG) - 20 02 09

«J'essaye de ne rien m'interdire»


Bénabar revient au Grand-Duché pour la 5e date de sa nouvelle tournée qui l'occupera toute cette année. L'occasion de parler de son dernier album, Infréquentable, sorti en octobre dernier et plus largement de revenir sur sa musique. Entretien avec notre journaliste Pablo Chimienti

Bénabar revient au Grand-Duché pour la 5e date de sa nouvelle tournée qui l'occupera toute cette année. L'occasion de parler de son dernier album, Infréquentable, sorti en octobre dernier et plus largement de revenir sur sa musique.

Entretien avec notre journaliste Pablo Chimienti

Vous étiez déjà à la Kulturfabrik au mois d'octobre 2004. Quels souvenirs en gardez-vous ?

Bénabar: C'était assez vague dans mon esprit, parce que, en tournée on a tendance à un peu tout mélanger, mais en sortant du bus, je me suis rendu compte que je me rappelais très bien ces bâtiments, cette ancienne usine. Pas tellement de la salle, mais de ce back-stage, oui. Sinon, je crois me rappeler que ça c'était bien passé.

Le concert de ce soir (hier) affiche complet depuis quasiment le jour où les tickets ont été mis en vente. Vous vous rendez compte de cet engouement autour de vous ?

Je m'en rends compte, je m'en réjouis, j'en suis très heureux et fier, mais en même temps, je sais que rien n'est acquis, j'ai donc toujours un mouvement de recul par rapport à ça. Mais oui, ça me touche vraiment beaucoup, c'est le but du jeu, quand on fait de la musique, de toucher les gens. J'ai une vraie gratitude envers mon public, mais je ne veux pas me complaire là-dedans.

On a pu lire que vous étiez un des chanteurs français les mieux payés en 2008. Malgré ça, on ne sent pas chez vous les excès du star système.

Puisque vous me tendez la perche, je tiens à dire que les chiffres sont faux. C'est un grand n'importe quoi. Je tiens à le dire parce que je m'inquiète quand je le vois; je me dis: "S'ils se trompent à ce point-là sur moi, ils se trompent peut-être autant sur tel ou tel conflit ou politiquement!" Néanmoins, je suis extrêmement privilégié, je gagne très bien ma vie et j'ai la chance de vendre beaucoup de disques; ça va très bien pour moi, je ne vais pas du tout pleurer sur mon sort. Je dois être honnête, je n'ai plus la même vie que monsieur Tout-le-monde, même si j'essaye. Ça change fatalement. Avec la célébrité t'es obligé de te protéger un peu, t'as le confort de vie. Donc, je suis quand même un peu dans le star-sytème... mais je fais tout pour que ça ne me monte pas à la tête.

Pouvez-vous nous présenter cette tournée ?

Elle est dans le même esprit que les précédentes, d'ailleurs, c'est à 80 % la même équipe depuis dix ans, voire 15 ans pour certains; et moi, je reste le même, avec juste trois ans de plus. Après, on s'attache toujours à ne pas reservir la même chose. Il y a les nouvelles chansons et une envie d'aborder ça différemment. On vient avec deux guitares, par exemple, ce sera donc un peu plus pop, mélodique. Maisbon, franchement, les gens qui ne m'aimaient pas avant, je pense qu'ils continueront à ne pas m'aimer. Je ne veux pas leur mentir. S'ils trouvaient vraiment que je faisais de la merde, ils ne vont pas changer d'avis. Pour ceux qui m'aimaient, par contre, ce n'est pas gagné, mais j'espère qu'ils vont continuer. Sinon, un des objectifs de cette tournée c'est aussi de jouer plein de vieilles chansons et de faire un vrai spectacle. Ce n'est pas que la continuité d'un disque, mais la continuité de tout ce que j'ai fait jusqu'à maintenant.

Beaucoup de gens ont découvert avec Infréquentable et surtout avec L'Effet papillon, votre côté "engagé". Pourtant, il suffit de réécouter, ne serait-ce que Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise ou encore Saturne, pour se rendre compte qu'il n'est pas nouveau cet engagement.

C'est vrai. Mais peut-être que ces personnes ne se sont pas intéressées à mes chansons avant, ce qui est leur droit, d'ailleurs! Mais là, avec ce côté plus médiatique, tout est plus mis en valeur et plus vu.

Et comment trouvez-vous le bon équilibre entre ces "messages" et le côté déconne de vos autres chansons ?

J'essaye de ne jamais me mettre dans la posture de dire aux gens ce qu'ils doivent savoir. Genre "c'est important, vous ne savez pas, moi, je suis un chanteur, je sais les choses mieux que vous, je vais donc vous dire ce qu'il ne faut pas faire..." D'ailleurs ça se voit dans L'Effet papillon, je ne fais qu'enfoncer des portes ouvertes. Tout ce que je dis, tout le monde le sait, en fait. C'était plus une façon de dire les choses sans faire le donneur de leçons. Il n'y a rien qui m'exaspère plus qu'un chanteur qui me donne des leçons et qui me dit que le racisme c'est pas bien. Je suis absolument d'accord avec lui, mais je me sens insulté. Donc, là, je parle de ça, après je fais une chanson qui va parler des copains, une autre rigolote qui va raconter une bêtise, etc. J'essaye de ne rien m'interdire.

Au sujet de vos textes, ce sont souvent de petites histoires qu'on peut très bien imaginer comme des courts métrages. Vous venez du cinéma, est-ce que ce côté visuel de vos textes, vient de là ?

Je pense, effectivement, que ça vient de là. J'ai besoin de visualiser les choses et ça se ressent. C'est peut-être, effectivement, un mauvais réflexe que j'ai chopé quand je travaillais dans le milieu du cinéma. Mes textes sont très scénarisés, je m'en rends compte.

Pour parler vite fait de cinéma, ça ne vous manque pas? Vous n'avez pas envie d'y retourner ?

J'y suis retourné dernièrement. J'ai fait un film l'été dernier qui s'appelle Incognito (NDLR: sortie prévue en France le 29 avril). J'ai participé au scénario et je suis aussi acteur dedans. C'est réalisé par Eric Lavaine avec Franck Dubosc, Jocelyn Quivrin, Isabelle Nanty, Anne Marivin... C'est un monde qui continue à me passionner. Et puis c'est vraiment un privilège qu'on me propose de faire un rôle. J'ai sauté sur l'occasion.

Et un retour derrière la caméra? Parce que vous avez tout de même réalisé trois courts.

Franchement non. Je ne suis déjà pas du tout sûr d'avoir les capacités d'être acteur - mais bon, ça on sera vite fixés! - mais réalisateur, je ne pense vraiment pas avoir les épaules.

Revenons à la musique, le 28 février prochain vous êtes nommé aux Victoires de la musique, dans la catégorie "album de chanson/variété". On ne va pas vous demander si ça vous fait plaisir, mais est-ce que vous vous reconnaissez dans ce "classement" ?

Oui... C'est réducteur, comme tous les classements, mais bon, ça ne me pose pas de problème. Ça fait partie du jeu. Personne n'aime être mis dans des cases, mais bon, on est aussi dans les cases dans lesquelles on veut bien être. Je n'en souffre pas. Mais bon. Pour cette année, je suis très intimidé. C'est évident que je ne l'aurais pas, c'est tout à fait normal, puisque, même moi, je voterais pour Bashung ou pour Cabrel qui sont aussi dans cette catégorie et qui ont fait des albums sublimes. (NDLR : Bashung est bien nommé dans la catégorie, mais pas Cabrel. Les deux autres artistes en lice sont Camille et Vincent Delerm).

On vous demande ça parce que beaucoup voient en vous un auteur et un chanteur, mais peut-être moins le compositeur. Ça ne vous dérange pas ?

Disons que c'est quelque chose sur lequel on a beaucoup travaillé sur le dernier album. Je sais qu'il faut qu'on y travaille encore, je me fais d'ailleurs beaucoup aider sur la musique, - il y a même une musique de l'album qui n'est pas de moi - et surtout je travaille beaucoup avec les musiciens et les arrangeurs en amont pour essayer de pallier à mes limites de compositeur que je connais. Mais bon, j'ai aussi plein de limites dans les textes. Après, je dois dire que j'apprécie vraiment les chansons simples tant qu'on ne se complaît pas dedans. Avant, je faisais une musique simple parce que je ne me posais pas trop de questions et pour ne pas m'embarrasser avec ça. Depuis deux albums, j'en suis revenu. J'ai compris que c'est intéressant, voire indispensable, d'aller plus loin dans la musique. Dans ce dernier album j'ai voulu aller plus dans une "variété-pop"; mais selon mes propres critères, c'est-à-dire avec un peu de Bashung, de Coldplay, de Joe Dassin, d'Alain Souchon... Et puis vers un truc plus mélodique, peut être moins basé sur le chant et sur le texte, même si les deux restent toujours très importants. Comme quoi on ne se refait pas !

Une question plus légère, après Le Dîner est-ce que vos amis vous invitent toujours chez eux ?

Oui, encore. Pour l'instant j'ai réussi à leur faire croire que ce n'était qu'une chanson et que je ne le pensais pas vraiment. Il y a un espèce d'accord tacite avec mes proches et mes copains.

De nouvelles chansons sont-elles prêtes depuis la sortie d'Infréquentable ?

Oui, il y a un inédit qu'on joue de temps en temps.

Est-ce que ça veut dire qu'un nouvel album est déjà prévu ?
Non, on n'en est pas encore là... On verra après la tournée.


Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Fri 20 Feb - 11:39 (2009)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
LaurenceR


Offline

Joined: 24 Aug 2008
Posts: 1,586
Localisation: Genève

PostPosted: Fri 20 Feb - 13:45 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Particulièrement sympa et intéressante, cette interview ! Je suis toujours stupéfaite par sa modestie... (je sais, je me répète Mr. Green )
_________________
Critique d'Infréquentable de Bénabar sur le blog Lire, Voir, Ecouter...


Back to top
Visit poster’s website
barnabette


Offline

Joined: 23 Oct 2008
Posts: 1,522
Localisation: Suisse

PostPosted: Fri 20 Feb - 16:03 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Merci, excellent !
_________________
Ca ira mieux demain, du moins je l'espère, parce que c'est déjà ce que je me suis dit hier


Back to top
annie


Offline

Joined: 16 Apr 2008
Posts: 1,850
Localisation: Bretagne

PostPosted: Sat 21 Feb - 19:32 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

LE SOIR (Belgique)

Le tour de chauffe de Bénabar
posté le 21 février 2009 | catégorie CHRONIQUES

« Merci d’être venus et surtout d’être restés ». C’est par ces mots que l’auteur du récent Infréquentable a pris congé du public de l’Ancienne Belgique vendredi soir au terme d’un concert de près de deux heures.

Ces quelques mots, sans doute, parce que ce n’est que la sixième date de la longue tournée de Bénabar, que Bruno s’est planté quelques fois, que le concert était loin d’être parfait, que certains enchaînements étaient un peu foireux (« Malgré tout » dans la foulée du break électro, par exemple) et sans doute aussi parce que le plus gros vendeur en France 2008 est un artiste extrêmement exigeant qui veut à chaque fois friser l’excellence.

Ceci dit, et on n’écrit pas ça pour rassurer Bruno, on n’a vu que des sourires à l’issue du concert. On ne prend d’ailleurs aucun risque en ajoutant que les prochains concerts belges de Bénabar cet été à Couleur Café et aux Francofolies seront forcément plus en place.

Contrairement à ce que laissait transparaître le chanteur qui n’a rejoint son piano qu’au rappel et «L’itinéraire», c’était loin d’être la cata, comme on dit. On est toujours aussi scié de voir ce public très large et bigarré (le public de Bénabar, c’est comme les lecteurs de Tintin : des mamies, des jeunes amoureux, des bambins, des familles,…) réceptif dès le premier coup de ferraille (les cuivres) reprendre en chœur refrains du « Dîner », « Y a une fille qui habite chez moi » ou « Quatre murs et un toit », chantés comme il se doit lors de ce nouveau répertoire qui s’appuie essentiellement sur Infréquentable et Reprise des négociations.

Entouré de neuf musiciens dont l’épatante section de cuivres qui a donné un cachet James Brown/Nino Ferrer au premier quart d’heure de concert, Bénabar ne tient pas en place une fois sur scène qu’il arpente de long en large quand il ne saute pas en l’air en se prenant pour Zébulon. La chanson « Bruxelles » arrive très vite -son auteur a séjourné chez nous- et est accueillie avec autant de ferveur que « Couleur Café » par Jane Birkin au festival du même nom ou « Proxima Estacion : Esperanza » chanté par Manu Chao au pied de l’abbaye de Floreffe.

Et puis, le (très) fédérateur Bénabar expérimente et prend des risques, est obsédé par la redite de ses concerts et a peur de lasser. « La berceuse » où les neuf musiciens forment une chorale à gauche de la scène pour accompagner le héros de la soirée a cappella est sympa comme tout et certaines chansons (« Tout vu tout lu » ou « A la campagne », pour ne citer que nos préférées) plutôt touchantes. Voir Bruno et ses musiciens prendre le public de front, à quelques reprises et à la Arcade Fire est aussi une chouette idée. Si on préférait la tournée précédente pour sa cohérence et son homogénéité, on ne peut que saluer la démarche d’un artiste qui refuse de se reposer sur ses lauriers.

PHILIPPE MANCHE


Back to top
Visit poster’s website
adrienar
Administrateur

Offline

Joined: 05 Apr 2008
Posts: 21,420
Localisation: région parisienne et nord

PostPosted: Sat 21 Feb - 19:50 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Effectivement , il est toujours plus difficile de renouveler en presque totalité son spectacle d'autant que le fait d'arrêter une tournée ne permet pas d'essayer les nouvelles chansons comme le font certains artistes qui ne s'arrêtent pas et mettent place progressivement la tournée qui suit , en proposant une ou deux nouvelles chansons en concert .
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Back to top
Visit poster’s website
annie


Offline

Joined: 16 Apr 2008
Posts: 1,850
Localisation: Bretagne

PostPosted: Sun 22 Feb - 12:46 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

INFOMONDE (Belgique) - 22 02 09

Début de tournée en fanfare pour Bénabar

Alors qu'il peut sans problème faire lever un Forest National comble, Bénabar a préféré commencer sa tournée par des salles plus intimes, offrant à ceux qui s'étaient déplacés l'impression d'un vrai moment à part.

Il était ce week-end à l'Ancienne Belgique et au Cirque Royal. Et dire que le chanteur monté sur ressort a comblé ceux qui avaient acheté leur place depuis de nombreux mois déjà est un euphémisme.

Du début à la fin du concert, l'ami Bruno a passé sa carrière en revue, révélant ses préoccupations de jeune papa, ses souvenirs de célibataire, sa possessivité en amitié, son amour pour Bruxelles... et le public, en parfaite cohésion avec lui, s'est fait une joie de reprendre chaque titre à tue-tête.

Bénabar ne tenait pas en place. Survolté, il courait d'un bout à l'autre de la scène, faisait l'avion (sa posture qui le montre plié en deux, les bras levés derrière lui illustrait la pochette de son best-of) et transformait la salle en dancefloor géant après un Dîner excellent.

Ses musicos, au nombre de neuf quand même, étaient doués tant avec leur instrument que lorsqu'il s'agissait d'accompagner leur "boss" dans ses délires. On a ri lors de leur roman photo, on a été bluffé lorsque l'équipe au complet s'est emparé d'un micro sur la chanson La berceuse.

Bien sûr, il y a eu des hésitations, quelques fausses notes, des maladresses, dûes au fait que le spectacle n'est pas encore complètement rôdé, mais ce fut un vrai beau concert, plein de vie, d'énergie et d'émotion.

Quand il se calme et qu'il s'installe au piano, Bénabar fait frissonner en quelques notes 2.500 personnes (la chanson inédite proposée, sur le thème d'une histoire d'amour manquée, à force de non-dits et de rendez-vous ratés était fabuleuse). Et elles sont autant à avoir quitté la salle avec un sourire jusqu'aux oreilles, aussi grand que celui dessiné sur le visage de Bénabar juste avant de tomber de rideau.

Dé.L.


Back to top
Visit poster’s website
LaurenceR


Offline

Joined: 24 Aug 2008
Posts: 1,586
Localisation: Genève

PostPosted: Sun 22 Feb - 12:49 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Belle critique, qui correspond exactement à mon souvenir de Lausanne ! Smile
_________________
Critique d'Infréquentable de Bénabar sur le blog Lire, Voir, Ecouter...


Back to top
Visit poster’s website
Malawite


Offline

Joined: 17 Aug 2008
Posts: 318
Localisation: Bruxelles

PostPosted: Sun 22 Feb - 22:07 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Oui, la deuxième critique belge est vraiment réaliste, merci de l'avoir postée. 

Ceci dit, un même journaliste devrait faire les deux concerts pour mieux écrire ...

_________________
Adrienar a dit : "Sacrée Malawite" - "Sacrée Malawite" - "Sacrée Malawite"
Et aussi : "Sacrée Malawite" ;-)


Back to top
annie


Offline

Joined: 16 Apr 2008
Posts: 1,850
Localisation: Bretagne

PostPosted: Mon 23 Feb - 10:11 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

LALIBRE.BE - 23 02 09

Bénabar, tout baigne à bord
Vincent Braun

Mis en ligne le 23/02/2009



Il suffit de si peu pour qu’un chanteur se rende inséparable de son public. Samedi soir au Cirque royal, Bénabar a brillé par son habituelle bonne humeur. Et imposé un rythme de fanfare à ses touchantes chroniques.

Bénabar est un homme de scène prodigieux. C’est une telle évidence que chaque occasion est bonne de le vérifier. Au Cirque royal, samedi soir, au lendemain d’une première prestation bruxelloise à l’Ancienne Belgique, il l’a une nouvelle fois démontré avec brio. Sautillant, bondissant comme un diable hors de sa boîte, cabotinant, plaisantant Voire titillant le public belge sur sa soi-disant mauvaise réputation vue de France Ce qui lui vaudra les huées amusées de la salle. Viser l’orgueil, rien de tel pour chauffer une foule, au propre comme au figuré. Quelques minutes plus tôt, juste après l’ouverture du spectacle par "Ton meilleur ami", il avait bien tenté d’amadouer la salle en chantant son "Bruxelles", qu’il présentera comme "le comble de la flagornerie", mais rien n’y fit.

En vaillant capitaine d’un fier vaisseau charriant ses chansons de variétés - une qualification qu’il revendique haut et fort -, Bruno Nicolini, alias Bénabar, a imposé un ton de fanfare folk, qui convient à merveille à son côté... fanfaron. Il faut dire que parmi ses neuf matelots instrumentistes, on compte une section de cuivres, un violon, un clavier et une clarinette. De quoi rythmer parfaitement les petites chroniques douces-amères et souvent enjouées qu’il tire de notre monde contemporain.

Au fil du concert, le ton général évolue par petites touches. Il se fait plus rock sixties sur "Les mots d’amour", touche au dépouillement folk sur "Je suis de celles", voire franchit le seuil de l’électro avec la boîte à rythme qui anime "Le dîner", où le public passe à table avec une gourmandise qui dépasse la frénésie. Il chantera aussi les incontournables "Monospace", "Quatre murs et un toit", "Dis-lui oui", "L’itinéraire", "Y’a une fille qui habite chez moi". Des tubes qui le rendent tout sauf "Infréquentable".

Son équipage, loin d’être statique, est aussi impliqué au cœur du spectacle. Comme sur la chanson "La berceuse", où les neuf musiciens se mettent en formation chorale pour entonner des douces polyphonies. Et au moment précis où le silence se fait dans la salle et que le chanteur suggère un "Tes paupières sont lourdes", les pleurs d’une fillette retentissent dans la salle Un "sabotage" impromptu qui provoque l’hilarité générale.

Un brin déconcentré

Cette bonne humeur, Bénabar l’entretient tout au long du concert. Comme dans cette séance photo, où son groupe et lui y vont d’une amusante chorégraphie accessoirisée en bord de scène. Et la déconcentration de guetter, à l’une ou l’autre reprise, quand il commence à chanter trop tôt, ou inverse des paroles. Ce qui rend le gaillard encore plus sympathique et forcément humain

Le public aura même droit à une nouvelle composition, jouée piano voix, non sans lorgner le "Mistral gagnant" de Renaud. On peut y entendre ce refrain : "Il suffirait de si peu pour qu’on dise de vous deux que rien ne vous séparera". Une bien belle intention que plus d’un ou d’une dans la salle aimerait se voir adresser. Entre le Bénabar et son public, ce n’est plus nécessaire. Ils sont déjà inséparables.


Back to top
Visit poster’s website
LaurenceR


Offline

Joined: 24 Aug 2008
Posts: 1,586
Localisation: Genève

PostPosted: Mon 23 Feb - 11:05 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

C'est un triomphe (bien mérité) aussi au niveau de la critique ! Very Happy
_________________
Critique d'Infréquentable de Bénabar sur le blog Lire, Voir, Ecouter...


Back to top
Visit poster’s website
annie


Offline

Joined: 16 Apr 2008
Posts: 1,850
Localisation: Bretagne

PostPosted: Sat 28 Feb - 19:13 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Encore un bel article venant du Québec (source : Cyberpresse.ca)

Bénabar: chanteur populaire et fier de l'être

Seuls les gens patients peuvent être fans de Bénabar de ce côté-ci de l'Atlantique. La star française n'a chanté qu'une seule fois au Québec et ne prévoit pas revenir dans le cadre de sa tournée actuelle. De longs mois après sa sortie en France, son album Infréquentable vient de paraître ici. Discussion avec un auteur doué, content que ses chansons parlent à tout le monde.

Bénabar a été le deuxième chanteur français à générer les plus importantes recettes en 2008. Seul Francis Cabrel l'a devancé dans le palmarès établi par le quotidien parisien Le Figaro. Ses disques se vendent par centaines de milliers. Ses concerts sont courus. Il n'est pas un obscur artisan étiqueté «nouvelle chanson française», mais un chanteur très populaire. Très fier de l'être.

«Indépendamment de faire de gros concerts et de vendre beaucoup de disques, ce que je souhaitais, c'était de m'adresser à tout le monde», admet Bénabar, 40 ans, joint avant un concert au Zénith de Caen. Il s'estime privilégié que ses chansons plaisent autant à des personnes âgées qu'aux étudiants. L'élitisme des gens «qui trouvent insultant et dégradant d'écouter la même musique que leur boulangère ou leur concierge», très peu pour lui.

En mettant l'oreille sur Infréquentable, le troisième de ses cinq albums à se frayer un chemin jusqu'ici, on ne peut que regretter l'absence de chanteurs de variétés de sa trempe chez nous. Bénabar n'aligne pas les métaphores romantiques génériques et ne gonfle pas ses petits bobos dans une langue déficiente. Sa plume est aussi agile et révélatrice que celle d'un Thomas Fersen, en moins onirique.

«La base de tout, c'est de raconter de bonnes histoires. C'est ce qui me motive en premier lieu», dit l'auteur, qui a déjà tâté du cinéma avant de se mettre à la chanson. Des médias qu'il trouve «assez cousins», d'ailleurs. «Ce n'est pas la même technique, mais l'idée demeure de raconter une histoire, de manipuler le spectateur ou l'auditeur pour l'amener là où on veut, pour lui faire partager des émotions.»

Drôle ou sérieux

L'un des outils de prédilection de Bénabar a toujours été l'humour. Une bonne partie de son catalogue est constitué de chansons qui débusquent le côté rigolo, ou risible, de nos travers ou de nos vies quotidiennes. Il n'est pas ce qu'on pourrait appeler un chanteur grave. Du moins jusqu'ici.

Après avoir joué les équilibristes avec un habile amalgame de sérieux et de rigolade, le voilà qui efface son sourire en coin avec Infréquentable. «Je crois qu'il y a quelque chose de plus assumé sur ce disque-là, juge-t-il. Des choses qui sont un peu plus premier degré. Avant, j'avais tendance à me cacher derrière des trucs décalés, un peu plus rigolos. Je faisais un truc triste et je mettais une blague tout de suite après. Sur ce disque-là, il y a des chansons qui n'essaient pas de prendre du recul sur elles-mêmes.»

Des chansons comme Voir sans être vu, une petite tragédie, et Allez!, où le narrateur essaie de secouer un peu un bon ami franchement déprimé. Bénabar n'est pas devenu Ferré. Il n'a pas à sonder les abîmes de la solitude pour prouver sa valeur. Ses habiles vignettes et portraits plantés dans la vie quotidienne suffisent à en faire un auteur pertinent. «C'est très ludique d'écrire, même quand on fait quelque chose de triste, dit-il. Il y a quelque chose d'amusant à essayer de mettre les choses en place.»

Son goût nouveau pour le sérieux ne l'a fort heureusement pas incité à mettre de côté son réjouissant sens de l'humour. Sur fond de catastrophes économiques et écologiques, L'effet papillon est surtout une amusante chanson sur ces petits gestes qui suscitent de graves conséquences. Où t'étais passé?, un habile petit jeu autour de l'amitié masculine, s'achève sur une chute inattendue et très drôle. «Essayer de piéger le public ajoute à l'excitation au moment de l'écriture», admet-il.

Bénabar a beau être un chanteur populaire, il ne joue pas la carte du séducteur de ces dames. Sa façon d'aborder les choses sur Infréquentable donne même à penser que ce disque parlera tout particulièrement aux hommes. «Je me rends compte que je suis plus un homme à copains qu'un homme à femmes, comme on dit. Toutes nos petites bassesses masculines m'amusent assez, avoue-t-il. Je trouve ça assez savoureux, assez touchant.» Sous sa plume, ce l'est parfaitement.


Back to top
Visit poster’s website
barnabette


Offline

Joined: 23 Oct 2008
Posts: 1,522
Localisation: Suisse

PostPosted: Sat 28 Feb - 20:37 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Tu m'as devancée... j'allais poster ce très bon article Very Happy
_________________
Ca ira mieux demain, du moins je l'espère, parce que c'est déjà ce que je me suis dit hier


Back to top
Malawite


Offline

Joined: 17 Aug 2008
Posts: 318
Localisation: Bruxelles

PostPosted: Sat 28 Feb - 22:01 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Kiki wrote:
LALIBRE.BE - 23 02 09
 Quelques minutes plus tôt, juste après l’ouverture du spectacle par "Ton meilleur ami", il avait bien tenté d’amadouer la salle en chantant son "Bruxelles", qu’il présentera comme "le comble de la flagornerie", mais rien n’y fit.

Ah bon, et il était où son meilleur ami ? [url=http://benabar.xooit.fr/image/1/c/7/8/icon_ro

_________________
Adrienar a dit : "Sacrée Malawite" - "Sacrée Malawite" - "Sacrée Malawite"
Et aussi : "Sacrée Malawite" ;-)


Back to top
annie


Offline

Joined: 16 Apr 2008
Posts: 1,850
Localisation: Bretagne

PostPosted: Wed 4 Mar - 09:51 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

LA DEPECHE - 04 03 09

Joli texte de promo je trouve

Bénabar pas encore « Infréquentable »



Il chante ce soir devant 9 000 personnes au Zénith. Photo DDM.Malgré le titre d'un dernier album à faire fuir tous les publics, Bénabar n'est pas réellement parvenu à devenir « Infréquentable ». Il renouvelle même l'exploit d'entrer dans le cercle très fermé des artistes capables de remplir le Zénith à chacun de ses concerts toulousains. Toujours aussi populaire, il chantera ce soir devant 9 000 « bénabarges », alors qu'une poignée de places vient d'être remise en vente dans le réseau Fnac uniquement.

Mais que ceux qui ne parviendront pas à voir leur idole se rassurent, Bénabar est programmé le 28 mars au Zénith de Pau, en mai au festival Alors… Chante ! de Montauban et il sera vraisemblablement à l'affiche de Pause Guitare à Albi, en juillet.

1 300 000 albums

Rien ne semble pouvoir arrêter le phénomène Bénabar, même pas lui. Sa dernière tournée a rassemblé 750 000 personnes et son précédent album s'est vendu à 1 300 000 exemplaires.

Son nouvel opus « Infréquentable » prend la même voie du succès. De tous les sentiers de randonnée qu'offre la chanson française, ceux de Bénabar sont parmi les plus fréquentés. Chroniqueur avisé du quotidien, observateur des évolutions du monde, engagé dans la cause sociale, il croque sans prétention toutes les choses de la vie. S'il aime raconter des histoires, Bénabar a de plus en plus le souci de la musique.

Plus pop que fanfare

Quelques mélodies bien balancées créent des ritournelles que chacun se surprend un jour à murmurer. Aujourd'hui dans ses albums, Bénabar cultive davantage la guitare et le son pop au détriment des cuivres et du piano de ses débuts. Mais dès qu'il remonte sur scène, il ne peut pas résister à retrouver l'ambiance de la fanfare. Un univers entraînant qui correspond à l'énergie que Bénabar est capable de dégager sur scène. Taquin, généreux, bondissant, lorsqu'il entreprend une danse tribale dont il a le secret, la salle s'enflamme. Rarement l'ambiance a été plus enthousiaste au Zénith que lors d'un concert de Bénabar.

Le petit prince de la chanson n'occupe pas les premiers rôles que sur la scène musicale. Il sera en avril à l'affiche d'« Incognito » d'Éric Lavaine aux côtés d'Isabelle Nanty et de Franck Dubosc. Comédien et coscénariste du film, il ne s'agit pour lui que d'un retour aux sources car c'est au cinéma qu'il a débuté sa carrière artistique.


Back to top
Visit poster’s website
barnabette


Offline

Joined: 23 Oct 2008
Posts: 1,522
Localisation: Suisse

PostPosted: Wed 4 Mar - 10:15 (2009)    Post subject: Articles de presse - Tournée 2009 Reply with quote

Excellent !!!
_________________
Ca ira mieux demain, du moins je l'espère, parce que c'est déjà ce que je me suis dit hier


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Bénabar Dis-lui oui Forum Index -> Archives -> Archives : passages médias Bénabar All times are GMT + 2 Hours
Goto page: 1, 2, 314, 15, 16  >
Page 1 of 16

 
Jump to:  

Portal | Index | Create own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group