Bénabar Dis-lui oui Index du Forum

Bénabar Dis-lui oui
Forum des bénabarges.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Georges Brassens
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bénabar Dis-lui oui Index du Forum -> chansons , musiques françaises et internationales . -> Artistes à (re)découvrir
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Anne


Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2008
Messages: 2 337

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 00:42 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

GEORGES BRASSENS (1921 – 1981)

 

                   
               
                   


Georges Charles Brassens est né à Cette (le nom de la ville ne s’orthographiera Sète qu’en 1928), au sein d’une famille modeste où la musique réunit les parents et grands-parents. Le père de Georges est libre-penseur et anti-clérical, sa mère est catholique pratiquante, originaire du sud de l’Italie.

LES ANNÉES 30 : enfance, adolescence.
Après l’école primaire, Georges Brassens rejoint le collège où il se pose en élève moyen, préférant les jeux de la rue et les vacances. Il écrit déjà des chansonnettes appréciées par son professeur de français, Alphonse Bonnafé. Ce dernier l’entraîne à persévérer dans les techniques de la versification et de la rime.
A 17 ans, Brassens se laisse entraîner à commettre de petits larcins qui se termineront par une condamnation à la prison avec sursis. A la déclaration de guerre, en 1939, il quitte le collège et « monte » à Paris, refusant l’offre de son père de travailler avec lui.



LES ANNÉES 40 - 45 : les premiers écrits, l’Allemagne.
Brassens s’installe à Paris, chez sa tante. Tout en travaillant, il s’initie au piano, dont il maîtrise vite la technique. Avec l’occupation allemande, il perd son travail et profite de son temps libre pour apprendre la versification, fréquenter les bibliothèques et découvrir les poètes tels que Baudelaire, Hugo, Verlaine et Villon. Il écrit ses premiers recueils de poésie : « Les couleurs vagues », « Des coups d’épée dans l’eau », « A la venvole ». Ce dernier sera publié en 1942. Son anarchisme se fait jour.
En février 1943, il est recruté pour le STO (service du travail obligatoire) et part en Allemagne, à Basdorf.
Brassens y passe une année durant laquelle il rencontre des amis qui lui seront à jamais fidèles : André Larue, René Iskin et Pierre Oténiente.
A l’occasion d’une permission en 1944, Georges Brassens décide de na pas retourner en Allemagne et s’installe chez le couple Planche, amis de la famille. Là, au fond de l’impasse Florimont, il vit caché, dans un appartement au confort rudimentaire. Il poursuit l’écriture de son roman commencé en Allemagne et compose des chansons. Certains textes seront dédiés au couple Planche : « La cane de Jeanne » et « Chanson pour l’auvergnat ».


             



LES ANNÉES 45 – 50 : les plus beaux textes.
Ses amis reviennent d’Allemagne. Ensemble ils créent le journal anarchiste « Le cri des gueux » : seul le premier numéro paraîtra ! Brassens participe ensuite à la rédaction de quelques articles dans la revue anarchique « le libertaire »
A cette époque, Georges Brassens rencontre Joha Heiman, estonienne, qui deviendra la femme de sa vie, « sa déesse », précise-t-il. Il écrira pour elle « J’ai rendez-vous avec vous », « Je me suis fait tout petit », «La non-demande en mariage », « Saturne » …
En 1947, sort son roman « La lune écoute aux portes » et il écrit « Brave Margot », « La mauvaise réputation » et « Le gorille », « Le parapluie », « La chasse aux papillons »...
Avant 1950, Georges Brassens a acquis les caractéristiques qu’on lui connaît : sa dégaine débonnaire, sa moustache, sa pipe, son goût pour les copains, son antimilitarisme, son mépris du confort et de l’argent, son athéisme profond.


              



LES ANNÉES 50 : de la découverte à la consécration.
La vie artistique s’accélère entre 1951 et 1954. Georges Brassens rencontre le chansonnier Jacques Grello qui le pousse sur de petites scènes parisiennes, où Brassens n’est pas à l’aise. C’est la rencontre avec la chanteuse Patachou et le bassiste Pierre Nicolas qui détermineront l’avenir du poète chanteur : il se produit dans le cabaret de Patachou, se fait remarquer par Jacques Canetti, directeur artistique chez Polydor, qui lui propose d’enregistrer des disques 78 tours. des articles paraissent dans « France-soir », un premier passage télévision est diffusé par l’ORTF, une tournée est organisée en Suisse et en Belgique, le cabaret parisien «Les trois baudets » ne désemplit pas. Pierre Nicolas devient son bassiste et ne le quittera plus.
Première grande scène : Bobino, à l’automne 1953, puis, en 1954, le prestigieux music-hall parisien : l’Olympia où Georges Brassens triomphe bien que ses chansons soient régulièrement contestées car trop osées, voire scandaleuses. Qu’importe, le public vient en masse pour l’applaudir. Sortie du disque « Les sabots d’Hélène »
L’Académie Charles Cros distingue la chanson « Le parapluie » en la nommant « prix du disque 1954 ».
En 1956 et 1957, enregistrements des disques « Je me suis fait tout petit » et « Oncle Archibald ».
Jusqu’en 1957, Brassens alterne tournées en France et à l’étranger, récitals à Bobino, à l’Alhambra et à l’Olympia. Ses disques passent sur Europe n°1, nouvelle radio qui, seule, ne censure pas ses textes. Sous la direction de René Clair, un film est tourné « Porte des Lilas », avec Pierre Brasseur et Dany Carel. Ce sera sa seule expérience cinématographique.
Pierre Oténiente, que Brassens surnomme « Gibraltar », son ami d’Allemagne, gère ses affaires. Pour fuir les contraintes dues à la notoriété, Brassens fait l’acquisition d’une maison de campagne à Crespières, dans les Yvelines. Les visites de ces amis se succèdent : ceux de Sète, ceux d’Allemagne, ceux du monde de la chanson et les anarchistes du « Libertaire ».
En 1958, sort le disque « Le pornographe ». Il souffre de plus en plus de crises de coliques néphrétiques et de calculs rénaux.


                




                 
LES ANNÉES 60 : le succès et la souffrance.
Concerts à l’Olympia, tournée au Canada, nouveaux enregistrements de disques (« Les funérailles d’antan » et « Le temps de fait rien à l’affaire »), récitals à Bobino, de nouveau à l’Olympia, puis à l’Alcazar de Marseille. Brassens enchaîne toutes les représentations bien que souffrant terriblement des reins.
En 1963, Brassens reçoit le prix Vincent Scotto, décerné par la SACEM et le Grand prix du disque de l’Académie Charles Cros.
Sortie du disque « Les trompettes de la renommée » courant 1962 et de « Les copains d’abord » en 1964.
1965 voit la réalisation de son rêve le plus cher : chanter sur scène avec Charles Trenet, son maître absolu.
En 1966 sortie de « Supplique pour être enterré sur la plage de Sète » puis, en 1969, de « Misogynie à part ».
A l’initiative du magazine Rock & Folk et de RTL, a lieu, en janvier 1969, un entretien exclusif entre Georges Brassens, Léo Ferré et Jacques Brel. On se souvient tous le la photographie prise ce jour-là !

 

                      
 


LES ANNÉES 70 : La Bretagne, les derniers albums, le dernier Bobino.

Composition de musiques de films pour « Heureux qui comme Ulysse », de Henri Colpi et « Le drapeau noir flotte sur la marmite », de Michel Audiard.
Brassens quitte la maison de l’impasse Florimont, qu’il donne à son ami Gibraltar et s’installe dans le 15ème arrondissement. Dans le même temps il acquiert une maison en Bretagne, à Lézardrieux. Il fête ses 50 ans et ses 20 ans de carrière. Nouveau tour de chant à Bobino avec la création de « Mourir pour des idées » et de « Fernande » puis nouvelle tournée à travers la France.
En 1973, Georges Brassens fait son entrée au Petit Larousse.
Fin 1976, il se réinstalle à Bobino pour cinq mois, pour la présentation de son nouvel album « Trompe-la-mort ». Le dernier récital aura lieu le 20 mars 1977. Ce sera la dernière représentation de Brassens à Bobino.
En 1979, il crée la « Chanson du hérisson », en duo avec Henri Salvador, pour le conte musical « Emilie jolie » de Philippe Chatel.
La même année, son ami Moustache propose à Brassens l’enregistrement d’un album où il devra accompagner des musiciens de jazz américains qui interprètent ses plus grands titres.




                      
LES ANNEES 80 : La disparition.
Très fatigué, vieilli, atteint d’un cancer des intestins, Georges Brassens s’installe à Saint-Gély-du-Fesc, dans l’Hérault, chez son ami, le docteur Maurice Bousquet. Il est hospitalisé et opéré deux fois mais la maladie gagne et Brassens s’éteint le 29 octobre 1981.





DISCOGRAPHIE
                              
Paroles de Georges Brassens (sauf entre parenthèses), musiques de Georges Brassens
(Vous pouvez écouter les titres en caractères gras)
                              
 
1953 : La mauvaise réputation - Le parapluie - Le petit cheval (poème de Paul Fort) - Le fossoyeur - Le gorille - Corne d’Aurochs - La chasse aux papillons - Hécatombe
 
1954 : Le vent - J’ai rendez-vous avec vous - Bancs publics - Ballade des dames du temps jadis (François Villon) - Comme hier (Paul Fort) - Pauvre Martin - Brave Margot - Il suffit de passer le pont - La cane de Jeanne - La marine (Paul Fort) - Il n’y a pas d’amour heureux (Louis Aragon)
 
1954 : Les sabots d’Hélène - Chanson pour l’auvergnat - La première fille - La prière (Francis James) - Gastibelza (Victor Hugo) - La mauvaise herbe - Une jolie fleur - Je suis un voyou - Le mauvais sujet repenti - P… de toi
 
1956 : Je me suis fait tout petit - Auprès de mon arbre – Marinette - Le testament - Les croquants - La légende de la nonne (Victor Hugo) - Le nombril des femmes d’agents - Colombine (Paul Verlaine)
 
1957 : Oncle Archibald - L’amandier (du film Porte des Lilas) - La marche nuptiale - Au bois de mon Cœur (du film Porte des Lilas) - Celui qui a mal tourné - Grand-père - Les Lilas (du film Porte des Lilas) - Philistins (Jean Richepin) - Le vin (du film Porte des Lilas)
 
1958 : Le pornographe - Le vieux Léon - La femme d’Hector - A l’ombre de ma mie - Le cocu - La ronde des jurons - Comme une sœur - Bonhomme
 
1960 : Les funérailles d’antan - Le mécréant - Embrasse-les tous - le Père Noël et la petite fille - Le bistrot - L’orage – Pénélope - Le verger du roi Louis (Théodore de Banville)
 
1961 : Le temps ne fait rien à l’affaire
- Dans l’eau de la claire fontaine - La traîtresse - La ballade des cimetières - La complainte des filles de joie - Tonton Nestor - Le temps passé - La fille a cent sous
 
1962 : Les trompettes de la renommée – Jeanne - Je rejoindrai ma belle - Marquise (Pierre Corneille & Tristan Bernard) - La guerre de 14-18 - Les amours d’antan - L’assassinat - La marguerite - Si le bon dieu l’avait voulu (Paul Fort)
 
1964 : Les copains d’abord (thème du film « les copains ») - Les 4 z’arts - Le petit joueur de flûteau - La tondue - Le 22 septembre - Les deux oncles - Vénus Callipyge - Le mouton de Panurge - La route aux 4 chansons – Saturne - Le grand plan
 
1966 : Supplique pour être enterré sur la plage de Sète - Le fantôme - La fessée - Le pluriel - Les quatre bacheliers - Le bulletin de santé - La non-demande en mariage - Le grand chêne - Concurrence déloyale - L’épave - Le moyenâgeux
 
1969 : Misogynie à part – Bécassine - L’ancêtre - Rien à jeter - Les oiseaux de passage (Jean Richepin) - La religieuse - Pensées des morts (Lamartine) - La rose, la bouteille et la poignée de main - Sale petit bonhomme
 
1972 :  Fernande - Stances à un cambrioleur - La ballade des gens qui sont nés quelque part - La princesse et le croque-notes - Sauf le respect que je vous dois - Le blason - Mourir pour des idées - Quatre-vingt-quinze pour cent - Les passantes (Antoine Pol) - Le roi - A l’ombre des maris
 
1976 : Trompe-la-mort - Les ricochets - Tempête dans un bénitier - Le boulevard du temps qui passe - Le modeste - Don Juan - Les casseuses - Cupidon s’en fout – Montélimar - Histoire de faussaire - La messe au pendu - Lèche-cocu - Les patriotes - Mélanie






LES THÈMES ABORDES PAR GEORGES BRASSENS                             
(cf interview de Georges Brassens avec Philippe Nimo sur France Culture)  
          
               
LA MORT
Le thème récurant par excellence dans les textes de Brassens. Même dans les premiers titres, alors qu'il n'avait pas 30 ans, la mort est toujours très fortement présente, souvent désignée sous les termes de « camarde » ou « faucheuse ». Quelquefois sous forme ironique, parfois sous forme grave. Toute sa vie, Brassens gardera une attirance pour les cimetières où il aimait les cérémonies d'enterrement même si elles ne concernaient pas directement un de ses proches.
 
LES FEMMES
Elles apparaissent sous toutes les formes : bourgeoises, filles de rien, filles de joies, jeunes, vieilles ... Plus de 10 titres feront référence à un prénom féminin et tous sont joyeux (Mélanie, Margot, Fernande, Marinette ...). Deux seront très directement liées à sa relation avec sa compagne Joha Heiman : « La non demande en mariage » et « Saturne ».
 
LES INSTITUTIONS
Brassens disait « je crois que je n'attaque jamais les hommes mais toujours les institutions ». En bon anarchiste déclaré, ses cibles sont la religion, les flics et l'armée.
Globalement c'est tout esprit de groupe ou tout embrigadement collectif qui lui fait peur et qu'il critique sans relâche : « A plus de 4 on est une bande de cons » sera sa devise.
 
LA POESIE
Le grand regret de sa vie : Brassens aurait aimé être un pur poète comme tous ceux qui ont été ses références (Baudelaire, Verlaine, Rimbaud ...). Fin 45, il comprend que s'affirmer en tant que poète serait trop long et trop incertain et il se résigne à la chanson en y voyant un moyen d'accès simplifié à la poésie.
L'Académie Française lui décerne néanmoins son grand prix de poésie en 67. Pour Brassens, rentrer sous la coupole serait trahir "le petit jouer de flûteau" et il refuse cette distinction. Autre consécration : les « chansonnettes » de Brassens serviront au concours d'entrée à l'Ecole Normale en 69.
Les poètes mis en musique par Georges Brassens : Paul Fort, Pierre Corneille, Antoine Pol, Alfred de Musset, Jean Richepin, Alphonse de Lamartine, Théodore de Banville, Victor Hugo, Paul Verlaine, Francis James, François Villon et Louis Aragon.
 
L’AMITIE
Le côté « ours » de Brassens qui revient si souvent quand on parle de lui ne l'empêche pas d'aimer être entouré de monde d'amis. Parmi ceux ci, il a deux clans très distincts et très solides : les copains de Sète et ceux de la guerre de 40, rencontrés en Allemagne.



                  

  

BIBLIOGRAPHIE
               
               
Les écrits de Georges Brassens
               

        
1941-1942 : « Les couleurs vagues », recueil de poèmes
1942 : « des coups d’épée dans l’eau » et « à la venvole », recueils de poèmes
1947 : « La lune écoute aux portes », roman
1953 : « La tour des miracles », roman
1954 : « La mauvaise réputation », pièce de théâtre en vers

.
               
 

 


Dernière édition par Anne le Mar 12 Mai - 01:04 (2009); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 12 Mai - 00:42 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 13:17 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Dès les années 30 ,  Charles TRENET fut un modèle pour Brassens , il lui donna l'envie de chanter dira-t-il par la suite .
Brassens reprit de nombreuses chansons du poète dont : au grand café , petit oiseau , tout est au duc etc etc., ces versions étaient jouées à la guitare ce qui donnait une touche personnelle à chaque chanson .
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Anne


Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2008
Messages: 2 337

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 13:50 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Oui, tout à fait et en 1965 ils ont même chanté en duo. Mais j'ai lu quelque part que si Brassens avait cherché à se rapprocher artistiquement de Trenet, cet autre grand monsieur de la poésie n'avait pas souhaité lui tendre la main ...
Je n'ai trouvé aucune photo ni aucun son les rassemblant ...


Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 19:32 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Trenet n'écoutait que Brassens .

Au grand café de Trenet : interprétation de Brassens .



LE GRAND CAFE
envoyé par Francis-Albert - Regardez plus de clips, en HD !




Petit oiseau dans la campagne de Trenet interprétée par Brassens :



Georges Brassens & Charles Trenet - Petit Oiseau
envoyé par Anar_le_Canard - Regardez d'autres vidéos de musique.



Fleur bleue de Trenet interprétée par Brassens :



georges brassens - fleur bleue + eau
envoyé par bisonravi1987


Tout est au duc de Trenet chantée en duo avec Brassens :

http://www.deezer.com/track/92681


Vous êtes jolie ....mon petit oiseau ...

http://www.deezer.com/track/92681
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Ven 22 Mai - 20:34 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Une des plus belles interprétations d'une chanson de Brassens : l'orage par renan Luce :



Renan luce  l'orage
envoyé par adamcrea. - Regardez d'autres vidéos de musique.
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Morgane


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2009
Messages: 964
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 01:24 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

En effet, adrienar, belle reprise je trouve.
Mes préférées de Brassens : L'orage (justement), Pauvre Martin, Il n'y a pas d'amour heureux (poème d'Aragon).
Brassens, ou la parfaite maîtrise de la langue française ... un pur bonheur !


Revenir en haut
Adèle_de_Bayeux


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2009
Messages: 232
Localisation: Grand Ouest Parisien

MessagePosté le: Dim 24 Mai - 18:13 (2009)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Barbara, Maxime Le forestier ou Renaud ont repris Brassens. Pour ma part je préfère les reprises de  Barbara et Le Forestier (qui a d'ailleurs débuté en première partie de Brassens)
Francis Cabrel a repris Gare au gorille mais je n'aime pas vraiment sa version
_________________
Je trouve son nom ridicule
On dirait une marque de pull (EL)


Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Sam 18 Déc - 22:06 (2010)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Voici de nombreuses et belles photos de Brassens trouvées sur le site de l' INA :


http://photo.ina.fr/search/index.cfm

 
  

_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Lun 31 Jan - 19:34 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Un trésor pour les fans de Brassens : on a retrouvé des inédits...
Près de 30 ans après sa mort, une quarantaine de textes de chansons viennent d’être rassemblés à l’occasion d’une exposition qui va se tenir à la Cité de la musique à Paris. C’est le Parisien-Aujourd’hui en France qui raconte l’histoire de ces textes qui dormaient au fond d’une valise dans une maison habitée par Brassens, ou qui se cachaient parmi d’autres papiers dans son héritage. C’est la journaliste Clémentine Deroudille, commissaire de l’exposition, qui a pu mener l’enquête avec l’accord des héritiers... Elle précise qu’un peu avant sa mort, Brassens avait brûlé les documents qu’il jugeait sans valeur, et que s’il a gardé tous ces textes aujourd’hui retrouvés, c’est sans doute parce qu’il voulait qu’ils soient un jour publiés. Des chansons de jeunesse écrites dans les années 40, on y sent l’influence de Charles Trénet, certains textes sont un peu grivois, d’autres sont déjà anticléricaux et libertaires, on y devine déjà tout ce qui fera le style Brassens... Pour se faire une idée, on pourra les écouter en visitant l’expo de la Cité de la musique à la mi-mars : une douzaine de ces chansons viennent d’être enregistrées en studio par le comédien François Morel, fan du grand Georges...
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
cathy1


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2010
Messages: 869
Localisation: Dordogne

MessagePosté le: Lun 31 Jan - 19:37 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

"Un trésor pour les fans de Brassens : on a retrouvé des inédits"

Très bonne nouvelle! La voix de Georges nous manquera cependant sur cet enregistrement!
_________________
La larme à l’œil en automne parce qu’elles sont mortes les feuilles, alors qu’j’les connaissais à peine, elles étaient même pas d’ma famille.


Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Lun 31 Jan - 20:31 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

J'ai hâte d'écouter ces inédits de Brassens . On y retrouve les influences de Charles Trenet ce qui n'est guère étonnant quand on sait que Brassens a eu pour modèle deux maîtres majeurs : Jean Tranchant : considéré comme le premier chanteur / compositeur poète et le grand charles .

Pour ceux qui ne connaissent pas Jean Tranchant , sachez que Brassens commença sa carrière en chantant ses mélodies .

http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/result/all/jean tranchant
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Balao
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2009
Messages: 4 590

MessagePosté le: Lun 31 Jan - 21:25 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Très bonnes nouvelles !!!

Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Lun 31 Jan - 21:27 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

...une douzaine de ces chansons viennent d’être enregistrées en studio par le comédien François Morel, fan du grand Georges...

En effet , c'est une fort bonne nouvelle .
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Balao
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2009
Messages: 4 590

MessagePosté le: Mar 1 Fév - 01:53 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

adrienar a écrit:
...une douzaine de ces chansons viennent d’être enregistrées en studio par le comédien François Morel, fan du grand Georges...

En effet , c'est une fort bonne nouvelle .


Et aussi Bertrand Belin.


Revenir en haut
adrienar
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2008
Messages: 21 440
Localisation: région parisienne et nord

MessagePosté le: Mar 1 Fév - 19:40 (2011)    Sujet du message: Georges Brassens Répondre en citant

Bertrand Belin chantant Brassens , je ne demande qu'à entendre . Very Happy
_________________
fidèle à d'autres ombres à jamais .Trenet


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:20 (2017)    Sujet du message: Georges Brassens

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bénabar Dis-lui oui Index du Forum -> chansons , musiques françaises et internationales . -> Artistes à (re)découvrir Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com